argent

Quels sont les meilleurs PEA ?

Investir dans le plan d’épargne en action (PEA) permet d’acquérir des titres d’entreprises françaises et européennes, quel que soit votre profil. Très connu pour ses intérêts fiscaux, le plan d’épargne en action révèle également d’autres avantages pour les investisseurs. Comme tout investissement, il est important de savoir quel est le meilleur courtier PEA.

Qu’est-ce que le PEA (Plan d’Epargne en Actions) ?

Le PEA constitue un produit d’épargne réglementé. Conçu pour favoriser les investissements boursiers, il permet d’associer les performances de marchés financiers et les avantages fiscaux. Ce plan d’épargne en action est une solution pour se constituer un capital. Avec ce pal d’épargne, il est important de noter que l’exonération des impôts sur le revenu est acquise après cinq ans.

Il existe deux types de plan d’épargne en action, notamment le PEA classique et le PEA-PME. Les frais afférents aux deux PEA sont plafonnés par la loi. En ce qui concerne le PEA classique, le plafond est de 150 000 euros et ce montant reste inchangé jusqu’à présent. Le PEA- PME, quant à lui, est limité à 225 000 euros. Ce type de PEA est dédié aux investissements dans les entreprises à petites et moyennes envergures.

Comment fonctionne le PEA ?

Le plan d’épargne en action fonctionne avec deux comptes : le compte-titres associés et le compte en espèce. Tous les versements alimentent votre compte en espèce. Ainsi, vous pouvez acheter des titres qui sont inscrits sur votre compte-titres. Les fonds qui ne sont pas investis seront versés sur le compte en espèce. Il faut préciser que vos versements doivent être effectués sous une forme numéraire, par exemple en chèque, virement ou en espèce.

Le montant versé sur le PEA peut être investi dans les titres et dans les parts d’organismes de placement collectifs. Au moment de l’ouverture du compte, il est important de savoir qu’aucun versement minimal n’est imposé. En revanche, il faut respecter le plafond qui est soumis à 150 000 euros. Toutefois, celui-ci concerne uniquement vos versements, car les gains ne sont pas compris dans le calcul.

Vous avez la possibilité d’ouvrir le PEA dans de nombreux établissements financiers, à savoir une société de bourse, une caisse d’Épargne, une banque pour le PEA bancaire et une agence de la banque postale. Vous pouvez aussi l’ouvrir dans une compagnie d’assurances, cela signifie que vous investissez dans un PEA assurance. Vous devez simplement tenir compte que le fonctionnement reste identique quel que soit l’établissement que vous choisissez.

La durée minimale pour ouvrir ce PEA est de huit ans, par conséquent, tout retrait avant ce délai peut entraîner sa fermeture. Si cette condition n’est pas respectée, la vente des titres sera fermée.

Cependant, si le détenteur a respecté la durée imposée, c’est-à-dire passé à l’échéance de huit ans, il a la possibilité de fermer son PEA tout en bénéficiant une fiscalité attractive. Mais s’il souhaite le conserver, il peut continuer à faire de nouveaux versements. Il peut effectuer des retraits, mais dans ce cas, il ne pourra plus continuer de faire de nouveaux versements. Par ailleurs, une autre possibilité s’offre à vous, convertir votre capital en rente viagère.

Quels sont les meilleurs courtiers PEA ?

Il est important de préciser que même si de nombreux établissements financiers vous permettent d’ouvrir un PEA, les offres proposées sont très différentes. Elles ne peuvent pas toujours correspondre à vos critères. C’est pourquoi nous vous proposons les meilleurs courtiers PEA : le PEA en gestion pilotée, le PEA de courtiers indépendants et les PEA de courtiers banque en ligne.

Il faut déja savoir que les banques classiques ne sont pas les plus intéressantes. Les banques de réseau auxquelles nous pensons sont :

  • BNP Paribas
  • Société Générale
  • HSBC
  • Caisses d’Epargne
  • Crédit Mutuel
  • La Banque Postale

En revanche les banques en lignes, ont des offres intéressantes, à la fois sur les PEA et les autres offres bancaires classiques. Les meilleures banques en ligne sont :

  1. Boursorama
  2. HelloBank
  3. ING
  4. Fortuneo

En ce qui concerne les courtiers indépendants, il s’agit des sociétés spécialisées dans le domaine de courtage. Vous pouvez les choisir pour ouvrir des PEA et PEA-PME. Ces entreprises mettent à votre disposition une offre de courtier intéressante avec un service client expert. Parmi elles, il existe les courtiers en ligne qui offre à ses clients des propositions digitalisées. En optant pour ce genre d’entreprise, tout se fait à distance depuis une plateforme. Via Internet, vous pouvez, par exemple, passer des ordres, suivre des cours, etc. Le plus grand avantage en se fiant à ce type de société est qu’elle offre des tarifs plus bas.

Les meilleurs courtiers spécialisés indépendants sont :

  1. Bourse Direct
  2. Saxo Bank

Vous voyez ci-dessous l’application de Bourse Direct, c’est très clair et intuitif.

L'Application Bourse pour smartphones et tablettes - Bourse Direct

Malheureusement Degiro et TradeRepublic ne proposent pas encore de PEA.

Ensuite, pour le PEA en gestion sous mandat ou pilotée, c’est le gérant délégué qui va se charger d’investir votre PEA. Il va tout gérer tout en faisant les arbitrages en fonction de votre profil de risque et surtout en fonction de l’évolution du marché. Ce PEA en gestion sous mandat peut également être proposé par des courtiers indépendants et des banques en ligne. De nombreuses banques en ligne offrent un service de courtage qui vous permet d’ouvrir votre PEA et compte-titre. Pratique, cette option permet de passer des ordres depuis un site internet. Cependant, elles proposent des tarifs un peu plus chers. Mais avec elles, vous avez la possibilité de bénéficier des offres attirantes, à savoir le crédit, l’assurance, le service de paiement, les produits d’épargne, etc.

Pour la gestion pilotée, nous pensons à Yomoni qui a l’avantage d’utiliser des fonds indiciels et d’avoir des frais contenus. C’est probablement la meilleure offre en gestion pilotée.

Quel courtier de PEA faut-il ouvrir ?

Les trois catégories de courtiers ont leur propre particularité. Ainsi, le choix d’un tel ou tel courtier dépend de vos critères de sélection. Premièrement, le PEA chez le courtier indépendant est idéal pour les investisseurs indépendants qui ont besoin d’optimiser leur placement. Très avantageuse pour les investisseurs, cette catégorie propose des instruments financiers avec des frais compétitifs. Deuxièmement, le PEA en gestion pilotée s’adresse aux épargnants qui ne veulent pas consacrer du temps pour la gestion. En nous adressant à ce genre de courtier, nous ne sommes plus obligés de suivre de près nos placements, c’est qui se charge de tout. Enfin, la banque en ligne est recommandée pour ceux qui souhaitent centraliser leurs épargnes dans une seule et unique banque au lieu d’ouvrir des comptes dans plusieurs établissements financiers.

Bourse

Les différents produits financiers pour bien investir

Bien investir son argent est l’une des clés pour atteindre vos objectifs financiers. En outre, il est primordial d’avoir certaines connaissances de base en matière d’investissement pour savoir dans quel domaine se positionner. C’est la raison pour laquelle nous vous proposons de découvrir dans ce guide 5 façons d’investir votre argent.

L’immobilier

Si vous souhaitez faire de l’investissement dans l’immobilier, vous avez plusieurs possibilités. vous pouvez investir dans la vente ou dans l’immobilier locatif. Cependant, l’immobilier locatif demeure plus intéressant et plus accessible que la vente ou l’achat d’un bien immeuble. Vous pouvez le faire avec vos propres fonds ou faire un emprunt auprès d’une banque.

Comment investir dans l’immobilier locatif quand on est débutant ?

La première chose à faire est de savoir s’il vous faudra un emprunt pour acquérir votre bien à louer. Si la réponse est oui, commencez par déterminer votre capacité d’emprunt maximale. Pour y parvenir, vous devez avoir engagé un entretien avec votre banquier. Vous devez y aller avec vos avis d’impositions, vos trois derniers bulletins de salaires. cela permettra au banquier de vous fournir un document qui présente le montant que vous pourrez emprunter.

La deuxième chose à faire est de trouver votre bien. Vous devez déterminer ce qui vous avantage le mieux entre l’achat d’un bâtiment déjà achevé et la construction. Cette dernière prendra du temps, vous pouvez donc opter pour l’achat d’un bien immobilier qui correspond à vos attentes. L’idéal est de l’acquérir dans la fourchette basse des prix du marché. Pour dénicher de bonnes affaires, vous devez visiter beaucoup de biens immeubles.

Si vous êtes débutant, il serait judicieux d’aller visiter 20 à 30 biens immobiliers sans avoir pour objectif de les acheter. Votre but ici est de faire une comparaison des prix proposés. Vous pourrez visiter des biens qui sont même au-dessus de votre budget et essayer de négocier le tarif.

La particularité des prix dans l’investissement immobilier

Les prix qui sont proposés que ce soit par les agents immobiliers ou les particuliers peuvent ne pas être le tarif que vous allez payer au final. Dans cette optique, n’hésitez pas à proposer des offres en dessous du tarif proposé (10 %, 20 %, 30 %) et peut-être même en dessous du prix du marché. Vous pouvez avoir des vendeurs qui pourront soit accepter ou rejeter votre offre. Ce qu’il faut comprendre dans l’immobilier est qu’on ne gagne pas l’argent instantanément, mais plutôt progressivement. La bonne affaire se réalise donc à l’achat. C’est-à-dire que si vous l’achetez au cours d’une période où les coûts sont moindres vous pourriez réaliser des gros bénéfices plus tard.

Les actions en bourse en direct

Pour investir dans les actions en bourse en direct, vous devez suivre un certain nombre d’étapes. La première démarche à faire pour devenir propriétaire de votre première action est d’ouvrir un compte auprès d’un broker en ligne. Qu’est-ce qu’un broker en ligne ? Un broker est tout simplement une plateforme qui vous permettra de passer vos ordres d’achat et de vente.

Autrement dit, si on suppose que vous souhaitez acheter une action « A », vous aurez besoin de mettre de l’argent sur un broker en ligne. Il vous permettra alors de devenir propriétaire d’une telle action. Certains sites internet vous proposent pour démarrer, des comptes fictifs ce qui vous permettra de vous entraîner avec des démos.

La deuxième démarche à suivre est d’effectuer des recherches sur les actions sur lesquelles investir. N’investissez pas sur une action en bourse en direct parce que son prix est intéressant. Généralement dans ces cas, le prix n’est pas le reflet de la performance de l’entreprise. Le prix est simplement l’accord entre les vendeurs et les acheteurs de ces actions.

Au préalable, effectuez des recherches sur les entreprises en analysant les bilans, tout en sachant si la société génère du bénéfice. Vous devez vérifier si elle reverse des dividendes de manière stable depuis longtemps ou si les actions sont en hausse d’année en année en termes de valeur.

La troisième étape pour devenir propriétaire de votre première action est de savoir si c’est le bon moment d’investir sur cette action. Nous vous recommandons après avoir effectué vos recherches, de créer un ordre d’achat. En effet, supposons que l’action sur laquelle vous souhaitez investir coûte 100 euros et respecte vos critères d’investissement. Cette action serait bénéfique pour vous.

Il est possible de l’acheter à 80 euros malgré que le prix du marché soit à 100 euros à ce moment. En effet, en allant sur votre broker en ligne, vous aurez la possibilité de placer un ordre d’achat. Ainsi, lorsque le prix d’une action de 100 euros passe à 80 euros, automatiquement vous devez programmer l’achat de cette action.

De ce fait, vous pourrez être tranquille depuis le confort de votre maison et si vous avez vos 80 euros sur le broker en ligne, et que l’action atteint ce seuil, automatiquement vous devenez propriétaire de l’action que vous aurez trouvé. Cela implique que vous aurez l’action à un prix abordable et au bon moment.

En résumé, pour investir dans les actions en bourse en direct, vous devez créer un compte sur un broker, effectuer des recherches sur quelle action investir, regarder le bon moment pour investir et à quel prix. Enfin vous devez effectuer un ordre d’achat soit au prix du marché qui serait intéressant ou à un ordre planifié.

L’assurance vie

L’assurance vie demeure un investissement incontournable pour la plupart des Français. C’est un placement qui répond à tous les besoins d’épargne :

  • se constituer ou rechercher à valoriser un patrimoine,
  • préparer des projets,
  • préparer sa retraite,
  • financer les études de ses enfants, etc.

L’assurance vie offre donc une espérance de rendement sur le moyen et long terme, supérieur au livret d’épargne en contrepartie d’une prise de risque en capital. De plus, ce dernier reste disponible à tout moment. C’est pourquoi il est recommandé d’adhérer à un contrat d’assurance-vie au plus tôt, même si les sommes investies restent faibles au départ. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une fiscalité spécifique.

La fiscalité de l’assurance vie

Le contrat d’assurance-vie bénéficie d’un régime fiscal spécifique, que ce soit en cas de rachat ou de transmission. En cas de rachat, c’est-à-dire lorsqu’on souhaite récupérer toute ou partie de son capital, l’impôt ne s’applique pas sur la totalité du capital récupéré, mais uniquement sur la part de plus value constituée. Par exemple, sur 100 euros de capital investi, si vous avez 5 euros de plus value, cette valeur sera uniquement fiscalisée.

De plus, la fiscalité est dégressive en fonction de la durée de vie du contrat et sous certaines conditions, il est même possible d’être totalement exonérer d’impôts. En cas de décès et si le bénéficiaire du contrat est le conjoint ou le partenaire de pacte, il est totalement exonéré sur la totalité des capitaux perçus. Les autres bénéficiaires bénéficient d’abattement spécifique en fonction des dates de versements définis dans le contrat.

Comment optimiser son contrat d’assurance-vie ?

Avec une alternative de placement à long terme, il est conseillé d’abord d’investir régulièrement en mettant en place des versements échelonnés sur le contrat. Ensuite, il faudra diversifier vos investissements. C’est pour cela qu’un contrat d’assurance-vie propose des supports d’investissements. D’un côté on a les supports financiers en unité de compte ou UC qui permettent de rechercher un potentiel de performance en contrepartie d’une prise de risque en capital (action, obligation ou immobilier).

De l’autre côté, vous avez le fond en euros pour bénéficier d’une protection maîtrisée des sommes investies. Par ailleurs, pour donner un sens à votre épargne, certaines banques vous proposent des investissements socialement responsables ou ISR, qui permettent de concilier l’investissement et l’impact positif sur l’environnement et la société.

Les produits dérivés

Les produits dérivés sont des investissements financiers dont l’objectif principal est d’aider les entreprises à lutter contre les risques liés aux variations du cours d’un actif (matière première ou devise). Un produit dérivé constitue un outil financier dont la valeur dépend du tarif d’un produit de référence ou d’un sous-jacent. Ces catégories de produits peuvent aujourd’hui être en rapport avec tous types de sous-jacent (des indices, des taux d’intérêt, des actions, obligations, …). Néanmoins, on peut aussi mettre l’accent sur la crypto-monnaie (comme du bitcoin).

La véritable utilité d’un produit dérivé

Voici une petite illustration pour mieux comprendre. Une société envisage de générer un million de barils de pétrole sur l’année prochaine par exemple. Il ne pourra les vendre que dans un an, une fois la production globale clôturée. Dans cette optique, la compagnie devra faire face aux variations du cours du pétrole. Si le prix du baril descend considérablement par rapport au tarif du moment, elle sera modifiée.

Elle peut se préserver contre un tel risque en utilisant des produits dérivés. Pour y parvenir, elle peut fixer son prix de vente dans un an. Cela s’effectue en utilisant des dérivés qu’on appelle des « forwards » ou des « futures ». Dans ce cas, les revenues provenant de la vente de ce million de barils dans un an seront connues. L’entreprise sera ainsi couverte contre le risque lié à la baisse de la valeur du pétrole.

Il est important de savoir que dans cette démarche, elle ne pourra pas bénéficier d’une hausse des prix dans le futur, vu que le prix de vente dans un an aura déjà été déterminé. Elle peut également utiliser des options qui sont des produits dérivés plus efficaces mais surtout une solution plus onéreuse. Les options permettent de fixer automatiquement le prix de vente sur une année par exemple.

De ce fait, la société sera protégée contre la baisse des prix du pétrole, mais elle pourra aussi tirer parti d’une éventuelle hausse du cours dans un an. Hormis, les forwards, les futures et les options, il existe une troisième catégorie majeure de produits dérivés qu’on appelle les swaps. Ces derniers impliquent l’échangent de deux outils financiers comme des taux d’intérêts ou des taux de change. D’une manière générale, les produits dérivés sont devenus indispensables pour permettre la fluidité des marchés et faciliter les transactions.

Le livret A

Le livret A est un livre d’épargne qui vous permet d’épargner de l’argent. C’est donc un compte que vous avez auprès d’une compagnie qui vous permet de faire votre épargne, en vue de rentabiliser votre investissement sur le long terme. Des intérêts sont ainsi générés sur la durée de votre épargne.

La particularité de ce livret est notamment le fait qu’il soit réglementé par l’état. Ce dernier élabore son taux d’intérêt, tout en fixant le seuil de l’épargne. Il diffère des livrets réglementés, dans la mesure où les lois sont définies en général par les banques. À titre informatif, il faut surtout savoir que ce livret est très populaire en France. La majorité des ménages soit plus de 70 % en dispose.

Les montants versés génèrent des intérêts lorsqu’elles sont déposées chaque quinzaine du mois. Vous pourrez y déposer au plus 22950 euros. En gros, le livret A est un livre qui est garanti par l’état. Le taux de rémunération appliquée est de 0,75 %. Le livret A est le placement le plus adopté par les Français. À présent vous avez les différentes manières pour investir votre argent. Faites donc le meilleur choix.

délit

Le délit d’initié en Bourse

Dans le fonctionnement des marchés financiers, il y a des règles à respecter. Toutes les personnes ne sont pas autorisées à investir et se faire des gains. Dans le cas où ces personnes interdites d’investissements boursiers le font, il y a délit d’initié. De quoi s’agit-il en réalité ? Ce guide vous apporte des éléments de réponse.

Qu’est-ce que le délit d’initié en Bourse ?

On parle de délit d’initié en bourse quand une personne se sert d’une information non encore rendue publique pour réaliser des gains importants. Il peut s’agir d’un achat, d’un échange ou de toute autre opération. Étant donné que l’opération est réalisée sur le marché boursier et sur la base d’une information qui devrait être tenue secrète, elle est considérée comme un délit d’initié.

On distingue deux types de délits d’initié : le délit d’initié direct et le délit d’initié indirect.

Le délit d’initié direct

Lorsque les hauts cadres d’une entreprise réalisent des gains énormes en bourse, il y a une présomption de délit d’initié qui est directement évoqué. En réalité, il est interdit aux PDG, aux directeurs financiers et aux directeurs de services des entreprises opérant dans le domaine boursier d’effectuer des opérations boursières.

En effet, ces cadres sont toujours informées des situations boursières d’autres entreprises partenaires. Ces informations sont censées être révélées au grand public après un moment. Lorsque lesdits cadres réalisent des gains sur leurs placements durant la période où l’information est censée être secrète, on évoque un délit d’initié, car on considère qu’ils se sont servis de la situation des entreprises pour s’enrichir.

Le délit d’initié indirect

Les personnes qui sont suspectées pour délit d’initié indirect sont celles qui sont reconnues comme occupant des postes stratégiques dans les entreprises intervenant dans le domaine boursier. Ce sont des personnes qui ont facilement accès à des informations sensibles en vertu du poste qu’elles occupent.

Il est également interdit à ces personnes de réaliser des transactions boursières en vue de se faire des gains. Dès que ces genres de transactions sont remarqués, il y a évocation de délit d’initié. Les personnes visées par cette interdiction sont les employés des banques, ceux des sociétés boursières ou les liquidateurs.

Le délit d’initié qu’il soit direct ou indirect est puni par la loi.

Le délit d’initié : les sanctions

Les sanctions liées au délit d’initié sont divisées en deux grandes catégories. Il y a le délit d’initié qui se rapporte à une personne morale et le délit d’initié qui se rapporte à une personne physique. Les sanctions qu’elles soient appliquées à une personne morale ou physique peuvent être très lourdes.

Lorsque le délit est commis par une personne morale, la sanction peut s’élever à une amende de près de 100 000 000 d’euros d’amende et une interdiction d’exercer dans le domaine boursier. Dans le cas où c’est une personne physique qui est reconnue comme coupable de ce délit, la sanction qu’elle encourt peut aller jusqu’à 1 500 000 d’euros d’amende avec 2 ans d’emprisonnement.

Enfin, il y a aussi la complicité qui est définie comme l’action d’une personne interposée pour le compte d’un initié à l’information. La loi la condamne comme un délit indirectement commis. Il y a d’autres types d’infraction que la loi regroupe dans la catégorie des délits d’initié indirects même si elle ne les punit pas de la même façon.